Celui qui dit « je pense qu’il y a plus important dans l’actualité », « plus urgent en terme de préoccupations », « et nos SDF, vous y pensez ? », « pour les femmes dans les pays musulmans c’est autrement plus compliqué, hein ». Bref, qui trouve qu’on peut pas s’intéresser à un problème si on n’a pas résolu les 4 milliards de problèmes plus importants avant.

Celui qui connaît très bien le problème parce que c’est arrivé au cousin de sa belle-sœur, et vos statistiques c’est des conneries, parce que pour lui ça s’est pas du tout passé comme ça.

Celui qui trouve que c’est (encore) un truc de bobo.

Celui qui trouve que c’est (encore) un truc de gauchiste.

Celui qui trouve que le journal donne trop de visibilité à la secte des véganes / au lobby LGBT / aux féminazies.

Celui qui a repéré 2 fautes d’orthographe, une faute de grammaire, et un anglicisme. Si ça se trouve il a même un avis sur le fond de l’article, mais il ne le donnera pas.

Celui qui commente un autre article.

Celui qui trouve que cet article n’a aucun intérêt.

Celui qui est pour la liberté d’expression, mais seulement si on dit des trucs avec lesquels il est d’accord.

Celui qui croit que la liberté d’expression, c’est pouvoir dire tout ce qu’on pense sans en assumer les conséquences.

Celui qui dit que l’extrême-gauche c’est largement aussi pire que l’extrême-droite, eh.